Notre équipe évolue. Bienvenue Elisa !

recrutementCe mois-ci, dans un contexte plutôt épique (COVID-19), notre équipe a le plaisir  d’accueillir Elisa Teisseire, recrutée en qualité de chargée d’études dans la perspective du départ prochain d’Amélie Régimbart qui part voguer vers un nouvel horizon. Bonne continuation à Amélie et bienvenue à Elisa !

Diplômée de la formation Sciences Halieutique et Aquacole d’Agrocampus Ouest en 2017, Elisa a travaillé deux ans à l’INRAE (Rennes) en tant qu’ingénieure d’études sur des projets d’analyse environnementale des produits de la pêche (projet ICV Pêche) et de l’aquaculture (projet NINAqua) ainsi que sur un projet de recherche appliquée visant à l’amélioration de la qualité des truites en pisciculture (projet QualiPostOv). Elle avait auparavant réalisé son projet de fin d’étude au Conseil Régional de Bretagne, sur l’exploration des voies de valorisation économique d’un prédateur impactant les activités de pêche et de conchyliculture
Ces expériences lui ont permis d’explorer des thématiques innovantes que sont la valorisation de co-produits de la mer, l’application de l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) aux produits de la pêche française ou encore la recherche d’alternatives aux farines et huiles de poissons en aquaculture. Aussi, elle a acquis une expertise professionnelle tant sur la filière pêche qu’aquacole et a développé de solides compétences techniques en analyse environnementale (ACV) ou encore en gestion et analyse de données scientifiques.

Océan Indien- Fin du projet d’assistance technique auprès de la Fédération des Pêcheurs Artisans de l’Océan Indien

FPAOITrop souvent invisibles et très largement sous consultés par les administrations nationales, les pêcheurs de la Fédération des Pêcheurs Artisans de l’Océan Indien ont bénéficié d’une assistance technique d’Oceanic Développement dans le cadre d’un financement du CTA. Cette assistance qui a pris fin en janvier 2020 a permis la rédaction d’un rapport de diagnostic spécifique à chacune des îles (Comores, La Réunion, Madagascar, Maurice et Seychelles) dont un programme de 3 ateliers a découlé. Ces formations à destination des leaders des associations ont abordées les sujets de la cogestion (Seychelles 2018), du plaidoyer, de la communication et de la gestion de projet (Seychelles 2019) et des conflits d’usage (Maurice, 2020). Les bénéficiaires ont particulièrement apprécié la qualité des formateurs et leur souci constant de veiller à la bonne compréhension des sujets. La prise en compte des enjeux de chacune des iles en dépit d’un contexte très hétérogène a été de nature à faciliter les échanges et les partages d’expérience entre les membres.

Mozambique – Fin du projet sur l’élaboration de la stratégie nationale MCS

Nacala03Oceanic Développement a remis en août 2019 au Ministère de la mer et des pêches du Mozambique (MIMAIP), la synthèse finale de son étude sur l’élaboration de la stratégie nationale MCS (contrôle et surveillance) au Mozambique dans le cadre d’un financement de la Banque Mondiale. Sur la base des missions réalisés au plus proche du terrain, les experts d’Oceanic Développement ont remis 4 rapports successifs abordant les problématiques des pêcheries industrielles et semi-industrielles (étude 1), des pêcheries artisanales (étude 2), des solutions de financement du MCS à long terme (étude 3) ainsi que la mise à jour du plan d’action national de lutte contre la pêche INN (étude 4). L’ensemble des actions préconisées s’organisent autour d’une feuille de route à 5 ans listant les mesures à mener dans le temps pour aboutir à un plan national ambitieux et cohérent.

Saint-Pierre et Miquelon – Elaboration du PTADAP

OSPMceanic Développement et Triesse Gressard réalisent depuis janvier 2020 le volet halieutique du Plan territorial de développement durable de l’agriculture, de l’alimentation et de la pêche (PTADAP) de Saint-Pierre et Miquelon ainsi que le Schéma Territorial de Développement de l’Aquaculture Marine. L’objectif principal de cette ambitieuse étude est d’accompagner la Collectivité Territoriale et la Préfecture de Saint Pierre et Miquelon dans l’élaboration du PTADAP, tout en fédérant les professionnels autour d’une stratégie commune et partagé sur la base d’un diagnostic de la filière et de ses contraintes.

UEMOA – Poursuite des travaux d’assistance technique pour le renforcement de la collecte de données

UEMOA_navDans les huit États membres de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) les populations vivent en grande partie, directement ou indirectement, de la ressource halieutique et de l’écosystème marin. La mise en place d’une démarche régionale participative et adaptative prend tout son sens au regard des enjeux du secteur (migrations saisonnières, activités transfrontalières, harmonisation sanitaires et réglementaires). Cette nécessaire mise en cohérence des politiques sectorielles nationales passe par une gestion rationnelle et durable de la ressource est la mise à disposition de données chiffrées fiables concernant l’ensemble du secteur aussi bien au niveau socio-économique qu’environnemental.

Dans ce cadre, et depuis plusieurs années, Oceanic Développement, en groupement avec AgroCampus Ouest et l’IRD, apporte une assistance technique constante aux États membres de l’UEMOA dans le renforcement de la collecte des données statistiques des pêches. C’est ainsi qu’en avril 2020 aura lieu le premier groupe régional de travail sur la mise en place d’un système de suivi de la Pêche artisanale maritime pour compléter le système d’information régional des pêches (SIRP).

Aglia – Projet LICADO

dauphinsDans le cadre de la mise en œuvre d’un projet partenarial, porté par le Comité Nationale des Pêches Maritimes et des Élevages Marins (CNPMEM) sur la limitation des captures accidentelles de dauphins communs dans le Golfe de Gascogne, l’Association du Grand Littoral Atlantique (Aglia) souhaite expérimenter des solutions techniques (pingers entre autres) à bord de fileyeurs.
Cette expérimentation nécessite de mettre en oeuvre des observations à la mer,  couvrant le quart des opérations de pêche de quatre navires, confiées à Oceanic Développement en 2020.

OP Les Pêcheurs de Bretagne – Projet LICADO

dauphinsDans le cadre de la mise en œuvre d’un projet partenarial, porté par le Comité Nationale des Pêches Maritimes et des Élevages Marins (CNPMEM) sur la limitation des captures accidentelles de dauphins communs dans le Golfe de Gascogne, l’Organisation des Producteurs (OP) Les Pêcheurs de Bretagne souhaite expérimenter des solutions techniques (ex : pingers) à bord de quatre paires de chalutiers pélagiques.
Cette expérimentation nécessite la mise en oeuvre  de 220 jours d’observations en mer, confiés à Oceanic Développement.

 

AFB PNM EPMO – Campagne de test d’un filet biodégradable

logoEPMOEn 2020, Oceanic Développement mettra à disposition du Parc naturel marin (PNM) des estuaires picards et de la mer d’Opale (EPMO) deux observateurs des pêches formés et expérimentés, affectés au quartier maritime de Boulogne/Mer, pour réaliser dix embarquements à bord d’un navire de pêche volontaire pour tester un filet de pêche biodégradable sur une saison de pêche.

Dans ce cadre, Oceanic Développement a la charge de la conception des protocoles de suivi (vérification du caractère « pêchant » de l’engin, suivi des performances mécaniques du filet), de la mise en oeuvre des observations et échantillonnages à la mer et du reporting.

Renouvellement du programme OCUP (2020-2023)

Obs_OCUP L’ organisation de producteurs Orthongel renouvele sa confiance en Oceanic Développement pour la période 2020-2023, en lui confiant de nouveau la coordination des embarquements du programme OCUP à bord des thoniers senneurs tropicaux français et italiens.

Le projet  d’ « Observateurs Communs Uniques et Permanents » a été initié en 2013 sous la forme d’un programme expérimental national visant à tester la faisabilité de l’embarquement d’observateurs en permanence sur toute la flottille de pêche et d’assurer une couverture d’observation de 100% de l’activité de thoniers senneurs tropicaux. Après une phase de lancement qui a consisté à définir le contenu de la mission de l’observateur OCUP et à développer des outils de travail (formulaires, logiciel, rapports de mission, site internet) au moyen de marées « tests », le programme a été déployé au niveau régional par la mise en place de coordinateurs régionaux puis la formation et l’embarquement d’observateurs des Etats Côtiers. Les premiers embarquements d’observateurs nationaux ont été réalisés en septembre 2015.

La réussite du programme dans sa phase expérimentale a permis au 1er janvier 2016 de le transposer dans une phase opérationnelle dite « de routine » en continuant d’assurer une couverture de 100% d’observation à bord des thoniers pouvant accueillir un observateur et en maintenant les partenariats en place. Au printemps 2015, le programme a été transposé à bord des navires ne bénéficiant pas de place pour un observateur par l’installation de caméras. Les vidéos sont lues et analysées par des observateurs OCUP pour en extraire des données scientifiques au plus près équivalentes à celles récoltées par un observateur présent à bord.

La flottille concernée par le programme OCUP est constituée à ce jour de 10 navires de pêche et d’un navire d’assistance dans l’Océan Atlantique et de 12 navires dans l’Océan Indien (hors navires mauriciens et seychellois de l’armement Sapmer).